Devenir bénévole

Le volontariat est une des bases de Télé-Accueil. L’écoute au bout du fil à Télé-Accueil est assurée par des bénévoles formés et encadrés par le service.

 

Tout au long de l’année, notre centre accueille de nouveaux volontaires. L’écoute chez Télé-Accueil est en effet assurée 24h/24 et 7j/7 par des bénévoles qui se relaient au bout du fil.

 


Vous désirez vous engager dans un projet solidaire et citoyen ?

Vous souhaitez dédier une partie de votre temps aux autres ?

Vous êtes tenté par un engagement qui vous permette d’approfondir vos qualités d’écoute et relationnelles ainsi que votre compréhension de l’humain ?


 

Les écoutants viennent d’horizons variés et toutes les tranches d’âge sont représentées. Aucun diplôme particulier ni expérience ne sont requis.

Nous recherchons des personnes souhaitant vivre une expérience enrichissante offrant accueil, présence et soutien à autrui. Pour ce faire, des qualités relationnelles et d’écoute, une ouverture à l’autre, un équilibre émotionnel, une capacité à se remettre en question et à évoluer, une volonté à s’engager durablement ainsi qu’un accord avec le projet du service sont autant de ressources requises chez les volontaires.

Différentes étapes permettent de voir, de part et d’autre, si cet engagement peut convenir :

  • Premier contact par téléphone ;
  • Rencontres et entretiens avec différents responsables ;
  • Formation initiale de sensibilisation à l’écoute d’une vingtaine d’heures, permettant de saisir davantage la pratique de l’écoute assurée chez Télé-Accueil. Au travers des jeux de rôle, des discussions et échanges de réflexions, les candidats apprennent à accueillir l’autre dans sa réalité et sa singularité, à se préparer à recevoir des appels aux multiples colorations mais aussi, à réfléchir à leurs propres attitudes relationnelles. Cette formation se clôture par un temps d’évaluation ;
  • Période de stage d’une durée de 3 mois, ponctuée par des moments de supervision toutes les deux semaines. Cette période aboutit également sur une évaluation.

À l’issue de ce cheminement le bénévole s’engage à long terme (un an minimum), à assurer en moyenne entre 14 et 20 heures de permanences d’écoute par mois, dans un endroit dédié et discret permettant de préserver l’anonymat.

A Télé-Accueil Namur-Brabant wallon, l’engagement est assez souple tout en répondant à certaines balises et certains besoins du service. Les moments de permanences sont variés. Ce bénévolat est compatible avec une activité professionnelle et peut s’adapter à d’autres engagements personnels, à des départs en vacances, à des difficultés de vie passagères, etc. 

Outre ces moments d’écoute, les volontaires sont encadrés par des professionnels lors de réunions mensuelles de 2 heures, permettant à chacun de déposer, de s’interroger, d’évoluer, d’affiner son écoute et de prendre du recul sur les éventuelles difficultés rencontrées. D’autres formations à thème sont, par ailleurs, régulièrement organisées.

Enfin, deux à trois fois par an, le centre organise des évènements conviviaux permettant aux bénévoles de se retrouver et de partager un moment de légèreté. 

Si les différentes conditions décrites ci-dessus confortent votre volonté de nous rejoindre, nous vous invitons vivement à contacter notre secrétariat au 010/45.79.46 !

 

 

Témoignage d’une écoutante :

« Ces quelques lignes avant de tourner une grande, une très belle page de ma vie. Une page, un chapitre, une aventure intense que je n’oublierai jamais! Des appels tantôt touchants, tantôt bouleversants, parfois déconcertants, rarement anodins sont venus colorer mes permanences de ces 6 années.

TOUCHANTS, parce qu’empreints d’humilité… Tant de fois, j’ai été émue par la simplicité avec laquelle certaines personnes « osaient » se dire, quittant leur masque, criant leur mal être, ou … le balbutiant à peine, à travers quelques mots.

BOULEVERSANTS, parce que laissant entrevoir des hommes et des femmes debout malgré l’épreuve, venant chercher un appui, une béquille pour ne pas vaciller ;

BOULEVERSANTS, parce que certains appelants, à bout en début d’appel et dont la voix n’est alors plus que souffle, arrivent –parfois tard dans la conversation- à puiser au fond d’eux-mêmes une force enfouie… Quelle émotion partagée que de constater alors avec eux que leur voix n’est plus la même, qu’une note d’espoir a ponctué l’appel!

DECONCERTANTS parfois, ces appels au milieu de la nuit… Interpellants parce que venant me remuer là où je pensais qu’on me laisserait tranquille! Venant sans le savoir toucher mon passé, une fragilité, une blessure… et être troublée que, de ces appels, émanent parfois une parole de douceur, une leçon de sagesse des appelants eux-mêmes : j’entends encore cet homme s’émerveillant d’avoir franchi un pas, ignorant qu’il m’en faisait franchir 10!

Rarement ANODINS… L’étaient-ils vraiment finalement ? Parce que même de ces appels-là, il était possible de retirer quelque chose… Un peu de légèreté, une note d’humour…et c’est tant mieux!

Et puis, il y a tous ces appels dont il m’a fallu faire le deuil parce que le courant ne passait pas… Accepter de ne pas avoir pu rejoindre certaines personnes! Lâcher prise et admettre que certaines situations ne m’aient pas touchée ou que mon écoute n’ait pas été à la mesure de la détresse qui m’ait été confiée…

 S’il y a bien une expérience que je retiens au terme de ces années, c’est certes celle du silence. Longtemps, il me dérangeait, m’intimidait et je ne pouvais faire autrement que de le combler par des réflexions, des conseils ou parfois même des jugements bien déplacés! Peu à peu, je l’ai apprivoisé, jusqu’à découvrir que, lorsque la confiance a pris sa place dans l’appel, le silence peut avoir tout son sens et peut permettre à l’autre de se dire, de naître à lui-même.

Au terme de ces années d’écoute, un souhait bien précis me traverse : puissions-nous cultiver ce désir de donner de notre temps et de notre cœur au téléphone et ailleurs… »